A self-taught artist, I am driven by curiosity and the aim  to bring clarity into our present life.

 

I was born in 1971 in Orthez, a small town set in South Western France between the Wine Country and the Pyrenees.

In 1994, I found a reel of pewter wire on the counter of my chemistry lab. I began shaping small decorative motifs with this wire, adhering them to Gesso covered wood panels. This craft making technique based on one-line drawing and also known as wire-art released instantly my bottled creativity.

This modest art form  gave me the liberty to develop and to finally create personal images that delve with a quiet and deep narrative into the world we live in.

The metallic line blends its clarity and its physicality to this narrative. Altogether they  make my work contrasts sharply with the shallowness and the frenzy of the images we get served daily through our flat screens.

Also driven by the desire to confront my sculptures/paintings to other cultures, I have worked between 2003 and 2006 with children around the world.

Aujourd’hui âgé de 50 ans, mon expérience artistique s’est développée hors des sentiers battus avec pour seuls guides mon intuition et ma curiosité.

 

Malgré une éducation éloignée des cercles de l’art, je n’ai pas hésité à quitter un poste de technicien dans un centre de recherche pour me concentrer sur les perspectives que m’ouvraient la manipulation fortuite d’un simple fil d’étain saisi dans mon laboratoire.

Ayant eu l’occasion de parcourir le monde durant mes dix années de travail salarié, je me suis ensuite installé à Madrid pendant trois ans et le « triangle d’or » des musés du Prado, Reina Sofia et Thyssen à été mon nouveau terrain d’apprentissage.

Cette expérience a culminé avec la confrontation de mes premières créations aux regards d’enfants que je suis allé rencontrer sur les cinq continents entre 2004 et 2005.

 

A mes premiers travaux qui étaient une forme d’hommage aux artistes que j’admirais est venu se substituer vers 2007-2008, le besoin viscéral de parler du présent. Un présent qui m’avait sauté à la figure lors des attentats du 11 septembre dont j’avais été le témoin direct à New York et qui depuis ne m’a pas quitté.

Ma pratique se situe au croisement du dessin de presse, de l’art brut et de la peinture d’histoire.

Je détourne une technique associée aux arts décoratifs, la sculpture en fil de fer, pour créer des images qui rendent compte de mon observation du présent. Le fil d’étain continu devient, de simple gimmick décoratif, un véhicule chargé de sens, témoin de mon rapport aussi bien à l’actualité internationale qu’à mon quotidien immédiat.

A l’opposé de la frénésie des images habituellement diffusées par les médias, ce fil confère une simplicité et un sentiment intemporel à mes images narratives.